Aimer, ce n’est qu’un tout petit mot de 5 lettres, si court au fond et pourtant combien chargé de sens…

On l’utilise à plusieurs niveaux. On aime le chocolat ou on aime la mer, on aime le rock ou la musique classique, on aime un ami ou un membre de la famille, on aime l’autre, cet amoureux, mais… Et soi ? Le plus important, l’essentiel, la base de notre fondation. On apprend souvent à s’aimer soi-même, vraiment, véritablement, qu’après quelques années, quelques blessures, quelques écorchures.

Certain(e)s auront eu le privilège dès la tendre enfance d’entendre combien il est important de s’aimer soi-même d’abord et avant tout, mais ils sont rares. D’autres l’ont entendu mais n’en ont compris le sens, l’essence, que bien plus tard.  

C’est une phrase qu’on a tous entendu de multiples fois. « Il faut d’abord s’aimer soi-même ».

Dans ma vie, cette notion est venue beaucoup beaucoup plus tard! J’aurais pourtant juré que j’avais saisi! Oui oui je comprends ! Mais dans les faits, dans les sphères les plus importantes de ma vie, je ne m’aimais pas. J’ai été très longue à comprendre…. Que de coups sur la gueule j’ai mangé! Que de situations j’ai laissé passer! Que de blessures je me suis imposé!

Je n’avais pas saisi combien j’accordais la première place aux autres en premier, combien le bonheur des autres passait avant le mien, combien mon souhait de faire plaisir venait effacer mon propre bien-être.

Il m’aura fallu plusieurs ruptures amoureuses, quelques brisures d’amitié, plusieurs conflits familiaux pour comprendre un peu mieux. Il m’aura fallu me rendre jusqu’au sentiment profond d’étouffer, de manquer d’air, de m’éteindre littéralement, de perdre cette flamme intérieure qui est la mienne. Cette énergie vitale si essentielle, avant de saisir.

Je ne me sentais vraiment pas bien, j’avais l’impression d’avoir raté bien des choses dans ma vie. Oh, j’avais bien réussi professionnellement et j’en étais fière mais mon cœur lui, se sentait tellement seul, tellement incompris. Tellement négligé. Pourquoi est-ce que je vivais de telles situations?  Pourquoi j’acceptais de telles choses

Puis un jour, devant ce mal-être, devant ce sentiment d’échec, assise face au fleuve pendant des heures, je me suis fait face, je me suis mise à mon écoute, à l’écoute de mon coeur. Pour la VRAIE première fois de ma vie, je me suis mise à l’écouter. Il m’a exprimé son désarroi, sa peine immense de ne pas se sentir aimé, écouté, respecté.

Oh! j’ai bien failli rouspéter et dire « oui mais »! J’ai plutôt décidé de me taire, d’accueillir ce qu’il avait à me dire sans jugement, d’être vraiment à son écoute. Et je l’avoue, j’ai été un peu sidérée.

Je devais avouer que rendue à plus de la moitié de ma vie, je n’avais toujours pas compris combien l’essentiel passe par mon cœur. Je n’avais pas compris que je devais d’abord et avant tout me choisir, MOI, m’accorder la première place, la meilleure place !!!

C’est un concept qui m’avait toujours semblé égoïste, il fallait d’abord penser aux autres, non ???

Tout à coup, je voyais les choses à travers un autre angle. Oh, au début, il était tout petit cet angle comme si je n’y croyais pas vraiment tout à fait. Mais peu à peu, j’ai changé de lunette et c’est comme si tout prenait son sens….  Tout devenait plus clair.

Et si le fait de me choisir, de me faire passer en premier, faisait une différence ?

J’ai fait un grand ménage intérieur… j’ai rejoué le film de ma vie, par séquences, une à une et je faisais arrêt sur image et j’observais; telle personne, telle situation, tel choix…OUF !  Tout à coup, je comprenais. Je comprenais que je ne m’aimais pas, pas assez.

Je me suis dit qu’il était grandement temps que je change les choses. À plus de 50 ans, j’ai choisi de ME CHOISIR, de ME DONNER LA PREMIÈRE PLACE, de M’AIMER fort, très fort. Je me suis dit « Qui m’aime me suive »! Oh, ça n’avait rien de méchant mais ça changeait les rôles. Au lieu que moi je suive ceux que j’aime, je décidais que j’allais choisir les prochaines étapes de ma vie, les prochaines séquences de mon film. Les prochains personnages qui allaient jouer dans mon film de vie.

Quand on ne l’a jamais fait, au début, je vous l’avoue, on se sent bizarre mais très rapidement, on se sent tellement bien. Je sentais que je vibrais, que je retrouvais mon essence, ma source première, ma flamme intérieure. Comment et surtout pourquoi, je me serais arrêtée là ???    C’était trop bon! Trop nourrissant pour mon cœur !

J’ai pris la décision, consciente et volontaire, qu’à partir de ce moment, je serais la personne la plus importante de ma vie, celle à qui je devais accorder le plus d’attention, de soins. Je me suis choisie!

Je n’aimais pas moins mon enfant, mes amis, ma famille. Au contraire! Dans chacune de ces relations, je me plaçais à l’avant-plan ou au même niveau que l’autre. Ça a changé bien des choses. Il est évident que certaines personnes n’apprécient pas vraiment que l’on se mette à changer les rôles, le scénario en quelque sorte. À ma grande surprise, plus je le faisais, mieux je me sentais en parfait accord avec moi-même et non plus, en décalage dans ma propre vie.

Vous voyez ce que je veux dire ?

Je me donnais le droit d’être moi, pleinement et totalement! Ce n’est pas magique, vous savez! Nos vieux réflexes veulent vite revenir à la surface mais quand on a goûté à quelque chose de si bon, on ne veut plus revenir en arrière. Alors quand je sentais que je revenais vers mes vieux « patterns », un signal d’alarme se faisait retentir et je rajustais le tir….

Je me sens de mieux en mieux, de plus en plus en paix avec moi-même et j’ai envie de vous partager ce que cela est venu changer dans ma vie au quotidien, dans mes relations.

On se donne rendez-vous à nouveau ?

Et si, entre-temps, on essayait de s’aimer soi-même un peu plus? 

Prenez soin de la personne extraordinaire que vous êtes !

Christiane Turcot